Famille Bolduc du Québec


Dernière mise à jour de la page: 28 mars 2014.

Cette page regroupe des informations sur les Bolduc. Trois de nos ancêtres directs sont des Bolduc, tous descendus de Louis Bolduc et Élisabeth Hubert.

Sur cette page, les noms en
gras sont des ancêtres directs de notre lignée et qui sont décrits ici dans le texte. Des hyperliens vous réfèrent à d’autres pages de familles de mon site.

La lignée est la suivante:
 

 Symon Boulduc, né env. 1540? --- m. --- Jacqueline Debonnaire

|

Louys Boulduc, né env. 1570? --- m. --- Françoise Lebrun

|

Pierre Boulduc, né 1607 --- m. --- Gillette Pijart (descendante de Charron, Daumont, de Mézières, Boulanger)

|

Louis Boulduc, né env. 1649 --- m. --- Élisabeth Hubert (descendante de Fontaine)

|          |

Louis Bolduc, né 1669 --- m. --- Louise Caron et René Bolduc (liens à Malboeuf et Lessard)

|

Jean Bolduc, né avant 1707 --- m. --- Marie Josèphe Otis Jasmin (descendante de Poulin)

|          |

Jean Baptiste Bolduc, né 1737 --- m. --- Marie Marguerite Fillion (descendante de Tremblay) & Marie Josephte Bolduc (m. à Paré)

|

Jean Baptiste
Quemeneur Laflamme --- m. --- Marie Bolduc, née 1766

|

François Quemeneur Laflamme, né env. 1800? --- m. --- Angélique Rouillard

|

Pierre
Lessard --- m. --- Désanges Laflamme, née env. 1825?

|

Elzéar Lessard, né env. 1850 --- m. --- Delphine
Bélanger

|

Charles
De Rome, b. 1868 --- m. --- Amanda Lessard

|

Alexandre De Rome, b. 1904 --- m. --- Fleurette
Thérien

|

André
Marcoux, b. 1933--- m. --- Huguette De Rome, b. 1937

|

Douglas J.
Graham, b. 1958--- m. --- France Marcoux, b. 1961

|

Camille et Stéphanie Graham

  

Symon Boulduc, né env. 1540?


Selon (5), le contrat de mariage de son fils Louys indique que ses parents furent feu
Symon Boulduc, marchand drapier à Senlis, et Jacqueline Debonnaire.

La source (9) indique que l’arrière-grand-père de Symon fut
Jean Boulduc de Senlis (1480-?), son grand-père Henri, et son père Lambert Boulduc. De ses trois générations, il dit “sans preuve mais avec de bonnes présomptions”.
 

Louys Boulduc, né env. 1570?


Dans son contrat de mariage (5), signé le 6 août 1595,
Louys Bolduc s’engagea à épouse Françoise Lebrun. Louys exerçait le métier d’épicier aux Halles, au Marché-aux-Poirées, Paris. L’inventaire après décès de ses biens a eu lieu le 25 juin 1622. Il était propriétaire d’une maison au Marché-aux-Poirées.

Pierre Boulduc, né 1607


Selon (5), Louys et Françoise Lebrun eurent 3 enfants:


1)
Pierre Boulduc fond la “dynastie des apothicaires Boulduc” (5): “Cette célèbre famille parisienne a compté quatre apothicaires de père en fils : Pierre, Simon, Gilles-François et Jean-François. Simon et Gilles-François furent membres de l’Académie royale des sciences et apothicaires royaux. Le dernier de cette lignée, Jean-François, fut également apothicaire du Roi.” Le portrait de Pierre ici, daté de 1663, se trouve à la Salle des Actes de la Faculté de pharmacie de Paris-V. La photo a été prise par Jean Rochaix et provient de (5).

Pierre Bolduc PNG

Il est né en 1607. Le 11 février 1622 il est reçu maître épicier par examen (le même jour que son frère Louis) mais il s’oriente plutôt vers l’apothicairerie. Il devient apprenti le 20 novembre 1626. Le 2 décembre 1636 il devient apothicaire après avoir passé des examens requis. Christian Warolin fournit beaucoup d’autres détails sur sa vie professionnelle (5). On y lit par exemple que les premières recherches sur le fulminante de mercure sont dues à Pierre Boulduc. L’utlisation du fulminante de mercure comme amorce a rendu possible l’invention du fusil à percussion.

Le 27 décembre 1639 Pierre Boulduc épousa Gillette Pijart (voir aussi ci-dessous), fille d’Adam Pijart, orfèvre, et de Jacqueline Le Charon [sic]. Ils ont eu 5 fils et il décéda le 14 mai 1670.


2) Louis Boulduc, épicier.


3) Marie, mariée à Jacques Parent et ensuite à Gilles Gond.

La Famille Pijart


Christian Warolin (8) a écrit un article intéressant sur la famille Pijart, un “dynastie” parisien d’orfèvres. On y fait ici un brève sommaire. Tous les Pijart mentionnés ici (et de très nombreux autres membres de la famille) furent des orfèvres à Paris.

Génération 1: Le premier Pijart connu est
Michel Pijart, né vers 1470 (estimé à partir de la date de naissance de son fils Pierre). Il épouse Jehanne Daumont. En 1524 un document note qu’il est feu et Jehanne est sa veuve (elle est marraine de son petit-fils Claude en 1614).

Génération 2: Un de leurs 4 fils fut
Pierre Pijart, né en env. 1502. Il épouse en premières noces Philippe [sic] Dusseau et en secondes noces Marie de Mézières. Plusieurs enfants sont nés des deux mariages.

Génération 3: Un enfant du deuxième mariage fut
Claude Pijart. Il est né le 23 janvier 1543; ses parrains sont Jacques de Cueilly, apothicaire, et Jehanne Daumont, sa grand-mère. Il épouse Catherine Lebrun qui décède le 9 juillet 1612, âgée de 55 ans ou plus. ll décède le 23 avril 1614.

Génération 4: Un des fils du mariage de Claude et Catherine Lebrun fut
Adam Pijart, bapt. le 18 janvier 1587. Il signe son contrat de mariage le 13 mars 1611 avec Jacqueline Le Charron, fille de Claude Le Charron et Gillette Boulanger. On voit aussi l’orthographe Charon.

Génération 5: Finalement, parmi les 5 enfants d’Adam on trouve Gillette, bapt. le 20 novembre 1618. Son contrat de mariage avec Pierre Boulduc date du 27 décembre 1639.

Toujours pour cette cinquième génération, la source (5) dit:

“Deux oncles de Louis Boulduc, l’un et l’autre Jésuites, participèrent à la Mission québécoise. Ils étaient les fils de Claude Pijart et de Geneviève [sic] Charon [sic]. L’aîné, Claude Pijart, naquit à Paris en 1600, arriva à Québec en 1637 et y resta jusqu’à sa mort le 16 novembre 1683. Il enseigna la théologie, la philosophie, les humanités au Collège des jésuites de Québec. Son frère Pierre était également d’origine parisienne, né en 1608, il parvint à Québec en 1635 mais quitta la Mission et revint en France en 1650. Il décéda à Dieppe le 26 mai 1676. Louis avait un troisième oncle religieux. Sébastien Pijart, frère de Gillette, était docteur en théologie et demeurait au couvent des Dames religieuses Ursulines du faubourg Saint-Jacques.” La source (8) explique qu’en fait ils n’étaient pas des oncles de Louis, mais plutôt des cousins séparés par un degré de parenté.
 

Louis Boulduc, né env. 1649, et ses Frères et Soeurs


Pierre Bolduc et Gillette Pijart eurent 5 fils:


1) Pierre (5): “praticien, clerc au Châtelet puis, en 1667, il acheta un office de procureur postulant au Châtelet et juridiction des auditeurs 36. Lors d’une transaction intervenue en 1701 avec son frère Simon, il fut qualifié « lieutenant de la maréchaussée des Armées du Roi »”.


2)
Louis Boulduc. Louis est le seul de la famille à émigrer en Nouvelle-France, à l’âge de 17 ans. Lors du décès de son père (quand Louis n’avait que 21 ans), Pierre supplie à son épouse de “avoir la bonté de pardonner à tous les mauvais déportemens [sic] de la vie passée de Louis Boulduc, nostre fils” (5). On ne sait trop que furent les mauvais déportements, mais le malheureux Louis semble créer autour de lui bien des problèmes, et cela à partir d’une jeune âge.

La source (5) dit: “Louis Boulduc, né vers 1648-1649, débarqua à Québec le 17 août 1665 en tant que soldat de la compagnie d’Andigné de Grand-Fontaine du régiment de Carignan. Trois ans plus tard, il épousa le 20 août 1668 Élisabeth Hubert, fille de Claude Hubert, procureur au Parlement de Paris, et d’Isabelle Fontaine, demeurant rue de la Tisseranderie, paroisse Saint-Gervais. Le contrat de mariage fut passé le 8 août 1668 devant le notaire Lecomte à Quebeq (sic) suivant la coutume de Paris en présence de nombreuses personnalités. La fiancée apportait une dot de 4 l.t. en meubles, habits, bagues et joyaux.”

Semble-t-il (voir 9 pour les détails), le jeune Louis ne s’adopte pas à la vie d’un fermier, après avoir acquis une ferme à Charlesbourg, et il s’endette fortement. Il déménage en ville et devient un intime de gouverneur Frontenac, qui l’offre une opportunité intéressante. La source (6) dit:

“Sur la recommandation de Frontenac, à ce qu’il semble, il fut nommé, par lettres royales du 15 avril 1676, procureur du roi en la Prévôté de Québec [La source (9) précise que “La Prévôté de Québec était une cour de justice royale dont le rôle consistait à être responsable, en première instance, des affaires relatives à la justice, à la police, au commerce en général, dont le commerce maritime, et à la marine. Elle pouvait, en plus, servir de cour dřappel pour les affaires traitées dans les cours seigneuriales (baillages) situées sur son territoire.”] Le 31 août suivant, après avoir prêté le serment d’usage, il était mis en possession de son office.

À l’époque du premier gouvernement de Frontenac, marqué d’incessantes querelles de partis, on ne pouvait impunément se ranger du côté de l’irascible gouverneur. Boulduc, s’il ne le savait déjà, allait l’apprendre à ses dépens, d’autant que Frontenac entendait se servir de lui et de la prévôté pour faire échec au Conseil souverain. Or le choix n’était guère heureux, si l’on en croit Duchesneau, personnellement mêlé aux intrigues, et Denonville, qui eut en 1685 le loisir de mener sa propre enquête : Boulduc, écrivait Duchesneau « est accusé de concussion, de vol dans toutes les maisons dans lesquelles on le souffre, de débauches et de crapules continuelles »”.

À un certain pointe, Boulduc se trouvait peut-être la victime d’un conflit entre Frontenac et le Conseil souverain, qui voulait réduire le pouvoir du prévôt et Boulduc était un protégé de Frontenac. Quoi qu’il en soit, “après 14 mois d’une véritable bagarre, le Conseil reconnut Boulduc coupable de malversations – c’était le 20 mars 1682 – et le déclara déchu de sa charge. Était-il vraiment coupable de ce qu’on accusait? Quels qu’aient été ses torts, il fut peut-être, avant tout, la victime d’une époque troublée.” (6). Delamarre (9) détaille beaucoup plus sur la vie de Louis en Nouvelle-France et de ses divers problèmes. Il dit “Louis Bolduc qui est reconnu comme le protégé et un intime de Frontenac, était d’une part forcément identifié comme un de ses supporteurs et d’autre part, quoique le procès qui fut intenté contre lui servit de prétexte pour alimenter la tourmente entre le gouverneur et le Conseil, les accusations qui furent portées contre lui n’apparaissent pas comme étant gratuite.” Sur le procès que résulte dans son congédiement, il dit “Aussi peu rigoureux et aussi irrégulier que nous semble le procès, cela n’efface pas les nombreuses affirmations négatives qui ont été faites sur la conduite de Louis.”

Dans une lettre du Marquis de Denonville, gouverneur de la Nouvelle-France (1685-1689), à Colbert, ministre du Roi Louis XIV, on lit au sujet de Louis: “Cela m’a donné lieu de m’enquérir de la vie et moeurs de ce Bolduc. J’ai appris que c’est un fripon achevé, à ne jamais souffrir dans une pareille charge. Ce pays-ci, monseigneur, a besoin de châtiments pour ceux dont la conduite est méchante. Sa femme passe cette année en France. Je lui ai volontiers donné son passeport pour délivrer le pays d’un assez mauvais meuble. Il nous laisse des enfants qui sont réduits à la charité des gens de bien” (9).

Boulduc la suivit, peut-être l’année suivante. Les Boulduc laissaient derrière eux trois fils et deux (ou trois) filles “dont l’âge variait de neuf à 17 ans.— La, cadette, Louise, dont on ne sait si elle vivait encore, était filleule de Frontenac.— Ils restèrent tous dans la colonie et prirent le nom de Bolduc. Quant aux parents, ils moururent en France, apparemment sans revoir leurs enfants.” (6). On ne sait trop pourquoi le nom se change en Boulduc à Bolduc.

Le PRDH (4) a le mariage le 20 août 1668 à Québec entre Louis Bolduc (Pierre & Gillette Pijart) et Élisabeth Hubert (Claude & Isabelle Fontaine). Contrat de mariage le 18 août 1668 (2). Élisabeth est née env. 1651 à Saint-Gervais, Paris (2).


3) Simon Boulduc. Voir le chapitre (5) pour beaucoup plus d’informations sur Simon. Il est né en 1652 et décède en France le 22 février 1729. Il devient membre de l’Académie royale des sciences. “il fut apothicaire-artiste des rois Louis XIV et Louis XV, apothicaire de la princesse Palatine Madame et de la reine douairière dřEspagne, enfin démonstrateur de chimie au Jardin du Roi” Voir son portrait dans (5). “Les travaux de Simon Boulduc concernent la chimie minérale (sublimé, sel d’Epsom, acide nitreux, lessives de salpêtre), les eaux minérales de Saint-Amand, l’huile de pétrole, le sel volatil de succin, le sel polychreste de Seignette, les calculs mais surtout la chimie des plantes.”

Les deux générations suivantes de Boulduc, son fils et petit-fils, furent aussi apothicaires du Roi.


4) Gilles. Selon (5), Gilles et Jacques: “furent religieux profès au couvent des Augustins-Déchaussés à Paris, supprimé à la Révolution (il se situerait place des Petits-Pères)”.


5) Jacques.

La Famille Hubert


Les parents de
Élisabeth Hubert furent Claude Hubert et Isabelle Fontaine. Ils semblent avoir vécu toute leurs vies à Saint-Gervais, Paris, Île de France (2). Ils (2) sont nés env. 1620, mariés env. 1640, et décédés après le 20 août 1668.

Louis Bolduc (né 1669) et René Bolduc, né 1674


Le PHDH (4) note 7 enfants de Louis Bolduc et Élisabeth Hubert. Ils sont nés de 1669 à 1677, tous à Québec. Parmi les enfants, on trouve deux qui sont ancêtres de notre famille. Deux des enfants décèdent jeunes; les autres étant laissés orphélins lors du départ de leurs parents pour la France. Ils prirent le nom Bolduc.


1) “L’aînée, Marie-Anne, se mariera deux fois. Son premier mari, Jean Marsolet, était sieur de Bellechasse.” (6).


2) “La petite soeur, Marie-Ursule, convolera trois fois en justes noces. Elle aura en tout 10 enfants.” (6).


3)
Louis Bolduc. Il est né (4) le 10 juillet 1669 à Québec. Le PRDH (4) note le mariage le 3 juin 1697 à Ste-Anne-de-Beaupré entre Louis Bolduc (Louis & Élisabeth Hubert) et Louise Caron (Jean Baptiste Caron & Marguerite Gagnon). Voir la section suivante pour leurs 8 enfants. Le PRDH n’a pas d’information sur son décès.


4)
René Bolduc. Il est né le 28 février 1674 (4) et baptisé le 5 mars 1674 dans l'Église Nôtre-Dame de Québec. En premières noces il se marie le 8 février 1700 au Québec à Marie Anne Gravel (Jean Gravel & Marie Cloutier). De ce mariage, le PRDH indique 4 enfants. Un des enfants est:

 
1. Zacharie, né vers 1704 au Québec. Il se marie le 23 août 1728 à St-Joachim à Jeanne Meunier. Leur fils Joachim se marie à Marie-Madeleine Lessard, des Lessard de St-Joachim (q.v.).

Il s’est marié en deuxième noces (4) le 5 mai 1711 au Québec à Louise Sénard (René Sénard & Marie Françoise Philippeau). Un seul enfant résulte du mariage:

 
1. Marie Louise (2). Elle s'est mariée la première fois à Étienne Simard. En deuxièmes noces elle s'est mariée le 21 novembre 1763 à Sainte-Anne-de-Beaupré à Bonaventure Lessard, le demi-frère de Ignace Lessard, que sa demi-soeur Reine a marié. Bonaventure fait partie de la lignée des Lessard de Saint-Joachim. C'était aussi un deuxième mariage pour Bonaventure. On ne connaît pas d'enfants de ce deuxième mariage. Elle est décédée le 8 novembre 1786 à Sainte-Anne-de-Beaupré.

René s'est marié ensuite (4) une troisième fois à Marguerite
Malboeuf Beausoleil le 21 janvier 1717 à Château-Richer. Marguerite est la fille de Jean Baptiste Malboeuf Beausoleil et Marguerite Destroismaisons Picard. René est mort avant le 29 mars 1720, probablement à Saint-Joachim. Les deux enfants qu'on connaît (2) de René Bolduc et Marguerite Malboeuf sont:

 
1. Marguerite vers juillet 1717 au Québec (4). Le 27 juin 1742 elle épouse à St-Joachim “Étienne Lebrun Carrier Carrière” (4). Elle décède le 28 août 1787 à St-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud.

 
2. Reine Bolduc, née env. 1719 au Québec (4). Elle épousa Ignace Lessard à Saint-Joachim le 13 mai 1743. Ils ont eu 7 enfants. Voir la page des Lessard de Saint-Michel pour d'autres informations sur Ignace et leurs enfants. Reine décéda après le 26 mars 1755, probablement à Saint-Michel.
 

Jean Bolduc, né avant 1707


On y dénombre 8 enfants de Louis Bolduc et Louise Caron, nés jusqu’en environ 1713, tous à un lieu indéterminé au Québec (aucun registre de baptême de leurs enfants semble exister). Les enfants qui nous concernent sont:


1)
Jean Bolduc. Il est né (4) avant 1707 à un lieu indéterminé au Québec. Le PRDH (4) a un premier mariage le 3 février 1733 à Ste-Anne-de-Beaupré. En secondes noces, on note un mariage le 16 juillet 1736 à St-Joachim entre Jean Bolduc (Louis & Louise Caron) et Marie Josèphe Otis Jasmin (Jean Baptiste Otis Jasmin & Cécile Poulin).

2) Paul, marié à Marthe Racine (10). C’est son petit-fils Jean Bolduc, fils de Paul et Geneviève Fortin, qui se marie à Agnès Lessard, des Lessard de St-Joachim (q.v.).

Jean Baptiste Bolduc (né 1737) et Marie Josephte Bolduc


Le PRDH (4) note 4 enfants de Jean Bolduc et Marie Josèphe Otis Jasmin, nés de 1737 à 1741, tous à St-Joachim. Deux de leurs enfants, nos ancêtres, furent:


1)
Jean Baptiste Bolduc. Il était le premier enfant, bapt. le 29 mai 1737 à St-Joachim (4). Le PRDH (4) a le mariage le 29 avril 1760 à St-Joachim entre Jean Baptiste Bolduc (Jean & Marie Josèphe Otis Jasmin) et Marie Marguerite Fillion (Paul Fillion & Marie Josèphe Tremblay).


2)
Marie Josephte Bolduc. Le BMS2000 a le mariage de Joseph Paré (Ignace & Agnès Racine) et Marie-Josephte Bolduc (Jean Bolduc & Marie-Josephte Otis). Le mariage a eu lieu le 2 août 1762 à St-Joachim, Montmorency. Le BMS2000 a aussi le contrat de mariage. Voir les Paré pour d’autres détails.

Marie Bolduc, née 1766


On y note 8 enfants de Jean Baptiste Bolduc et Marie Fillion, le premier né en 1761 à St-Joachim, les autres nés de 1766 à 1775, tous nés à St-Vallier (un enfant à un lieu inconnu). Le deuxième enfant est:


1)
Marie Bolduc, née le 30 mai 1766 à St-Vallier. Elle se marie le 16 octobre 1797 à St-Vallier à Jean Baptiste Quemeneur Laflamme. Selon le BMS2000 (3) le mariage a eu lieu le 16 octobre 1797 à St-Vallier, Bellechasse (paroisse St-Philippe-et-St-Jacques) entre “Jean-Baptiste Kemner Laflamme” (Jean-Baptiste & Angélique Bouchard) et Marie Bolduc (Jean Bolduc & “Marie Fillion”). Voir la famille Laflamme pour plus de détails.

Sources


Yan Bolduc a compilé des informations très intéressantes sur la famille Bolduc. La contribution de Yves Delamarre (9) est notable pour son niveau de détail et analyse. Ces sources ont été très importantes pour le récit ici. Le PRDH (4) a permis de détailler certaines dates et lieux. Voir aussi sa biographie de deux pages dans le Dictionnaire biographique du Canada en ligne (6).
 

Notes en Bas de la Page


(1) “De la Dynastie Boulduc, aux Bolduc du Nouveau Monde via Louis Boulduc (Bosleduc) notre ancêtre.” Compilation de Yan J. Kelvin Bolduc (2010) [ID-411] sur la famille Bolduc, avec des contributions de nombreux auteurs. (2) Le site Genealogy of the Niquette Eichstaedt Families contient beaucoup d'informations sur des Lessard et lignées connexes dans une base de données. Je suis en voie de remplacer cette source secondaire (qui est hors-ligne en 2014) par les sources (3) et (4).
(3) BMS2000 de la Société de généalogie de Québec (www.sgq.qc.ca).
(4) Programme en recherche et démographie humaine (PRDH): http://www.genealogie.umontreal.ca.
(5) “La dynastie des Boulduc, Apothicaires à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles” par Christian Warolin (chapitre dans (1). Communication présentée le 23 juin 2000, à la réunion commune de la Société dřhistoire de la pharmacie et du Club dřhistoire de la chimie. REVUE DřHISTOIRE DE LA PHARMACIE, XLIX, No 331, 3e TRIM, 2001, 333-354.
(6) Dictionnaire biographique du Canada en ligne. Chapitre sur Louis Boulduc, par André Vachon (env. 2000) (http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=34782).
(7) Les grandes familles. Article sur les Bolduc (Article écrit par Louis-Guy Lemieux pour le journal LeSoleil, dimanche 30 juillet 2006).
(8) “Étude généalogique de la dynastie des Pijart, orfèvres ou apothicaires à Paris aux XVIe et XVIIe siècles” par Christian Warolin, REVUE D’HISTOIRE DE LA PHARMACIE, LV, No 355, 3e TRIM, 2007, 361-370. Inclus dans la compilation (1).
(9) Yves Delamarre, “Louis Bolduc, notre ancêtre, malgré tout… (2007). Excellent article, d’une centaine de pages, inclus dans la compilation (1). On y trouve une chronologie détaillée des évènvements de sa vie.
(10) Communication personnelle en 2013 avec Pierre Bolduc [ID-432],
administrateur des pages Bolduc dans le le site « Le Québec, une histoire de famille»: http://lequebecunehistoiredefamille.com/communaute/bolduc/pionniers